Mr. HELI – Amiga OCS – 1989

mr.heli_titreTrès loin de l’autre côté de l’univers, une planète verte étincelante est en train de perdre sa vie à cause des sbires d’un scientifique fou connu sous le nom de « le boueux » !C’est à vous en tant que membre de la patrouille cosmique HELI de démasquer le diabolique « boueux » et restaurer l’équilibre de la Nature.

mr.heli_01Aux commandes de votre hélicoptère de combat HELI, vous partez la bouche en cœur affronter la pourriture extra-terrestre de l’univers au service du bien nommé « boueux ».

« Le boueux » justement, raclure intersidéral se prétendant scientifique à ses heures perdues est complètement barré et vous a envoyé tout ce qu’il avait en stock comme sbires malfaisant, passés maîtres dans l’arpentage de mondes et dans le collage aux basques. Ces types sont extrêmement chiants et vous harcèleront tout au long des trois mondes que vous devrez parcourir pour régler son compte au « boueux », sauvez l’univers et emballer la fille… Comment ça « Quelle fille ? »… J’en sais rien moi, mais y’a toujours une fille à emballer à la fin pour un gus qui risque sa carcasse pour sauver l’univers, non ? Ben là, c’est pareil ! Pensez juste à vous munir d’un spray mentholé pour ne pas l’incommoder, ainsi que d’un nombre conséquent de capotes… 😀

mr.heli_02Chacun des mondes que vous devrez traverser se décompose en rapides niveaux que vous pourrez parcourir à votre rythme dans certains cas et en tirant vers la droite ou bien vers la gauche. Quelques fois, lors de phases ascensionnelles, le scrolling reprendra la main et vous devrez bien faire attention de ne pas rester coincer dans le décor sous peine de mort immédiate.

Pour ne pas succomber trop rapidement aux assauts répétés des salopards qui vous harcèlent sans discontinuer, vous disposez de cinq vies et de dix points d’énergie par vie.

Vous récolterez sur votre route des cristaux qu’il vous faudra extraire de blocs rocheux que vous pourrez détruire avec vos armes, c’est à dire votre tir frontal, le lance rockets tirant verticalement vers le haut qui, lorsque vous toucherez le sol se transformera en lance grenades dirigé vers le bas. Les-dits cristaux vous rapporteront des crédits que vous ferez bien de claquer dans les échoppes disséminées sur votre route, que ce soit pour doubler votre tir frontal, pour obtenir un ou plusieurs missiles à tête chercheuse, pour augmenter la cadence de tir de vos grenades ou pour regonfler votre niveau d’énergie.
mr.heli_03Point non négligeable, vos projectiles sont capables de détruire les boulettes dont vos ennemis vous abreuvent. Ca ne sera pas de trop pour espérer avancer, croyez-moi…

Chaque monde est évidemment ponctué d’un boss, pas très coriace pour la plupart, mais encore faut-il que vous soyez capable de survivre aux vagues incessantes d’ennemis qui vous assaillent pour pouvoir vous présenter devant eux.

Développé par Probe et édité par Firebird, Mr. HELI sort en 1989 sur Amiga.

mr.heli_04Développé conjointement sur Atari ST et Amiga, Mr. HELI dispose d’une fenêtre de jeu très petite et n’affiche que 16 petites couleurs. Il faudra donc se contenter d’un peu de gris et de beaucoup de vert, d’orange et de bleu. Le jeu dispose d’un scrolling différentiel très légèrement saccadé mais parvenant tout de même bien à donner un peu de profondeur à l’ensemble.

Musicalement parlant, vous aurez le choix au départ entre la musique, une seule pour tout le jeu, sympathique mais devenant vite lassante et des bruitages qui tiennent très bien la route.

Votre hélicoptère bouge bien et est plutôt facile à diriger, même s’il est soumis à la gravité et descend lentement lorsque vous ne le sollicitez plus (ça n’arrivera pas si souvent que ça).

mr.heli_06Certes un hélicoptère maniable, ça aide, mais lorsque les ennemis arrivent de toute part sans discontinuer et tirent aveuglément dans de nombreuses directions, ce n’est plus d’un grand secours. Vous devrez donc guetter avec avidité la moindre échoppe proposant de l’énergie.

En conséquence la difficulté est un poil élevée et si vous voulez aller loin sans vous arracher les cheveux, je vous conseille d’activer le traîner inclus dans la version ADF.

En conclusion, MR. HELI est un petit jeu bien sympathique, disposant d’une réalisation certes plus que moyenne, mais suffisamment attractif pour vous inciter à aller au bout. Les vieux d’la vieille reconnaîtront dans ce jeu quelques points communs avec le très apprécié, mais encore plus dur Blood Money. Dans ces deux jeux, vous contrôlez un hélico (uniquement dans le premier monde de Blood Money). Ils disposent tous deux d’un scrolling multidirectionnel horizontal et vertical en alternance et chaque niveau est parsemé d’échoppes. Les deux jeux étant sortis la même année sur Amiga, mais Mr. HELI étant tiré de l’Arcade (développé par IREM), on aura deviné qui a copié sur son voisin…

Publicités

Ilyad – Amiga OCS – 1989

 Vous êtes à la tête d’un groupe de rebelles. Votre ennemi est le baron Arkhon, sinistre tyran qui a réussi à imposer sa loi au monde grâce à une machine à remonter dans le temps. Vous devez tout d’abord forcer l’entrée d’une de ses bases puis partir rétablir l’ordre à travers les époques.

Votre but ultime est de prendre d’assaut la forteresse du baron afin de détruire le réacteur principal.

ilyad_amiga_02Submergez par tant d’originalité dans un si petit scénario, vous avez l’intime conviction en insérant la disquette d’Ilyad dans votre Amiga que vous êtes encore face à un jeu dans lequel le fond prime forcément sur la forme. Et encore une fois, vous vous mettez le doigt dans l’oeil; Ilyad est un shmup et dans les shmups, il y a une règle d’or, on se contrefout de l’originalité. Et encore, contrefoutre est un verbe bien fade qui ne décrit que mollement ce que les développeurs de shmups pensent des scenarii, en fait, ils s’en br..lent… tout simplement.

ilyad_amiga_04Remettez-vous de vos émotions, ce ne sera pas la dernière fois que vous aurez tout faux sur toute la ligne, et enfourchez votre trottinette de l’espace pour partir la rage au ventre affronter les horribles légions du baron Arkhon.

Avant de débuter votre périple à travers les âges, vous allez devoir investir une des bases avancées du tyran pour y subtiliser la technologie qui vous permettra de remonter le temps. Comme dans chacun des niveaux qui vous attends, vous devrez faire face à une multitude de sbires tous plus furieux les uns que les autres et bien décidés à réduire à néant vos projets d’émancipation.

ilyad_amiga_05Une fois le premier niveau négocié, la technologie temporelle tant convoitée sera vôtre et vous pourrez enfin remonter le temps pour espérer débusquer la planque de l’ignoble baron et mettre un terme à son hégémonie sur Terre.

Avant d’en arriver là, vous devrez remonter à l’époque de la Création de la Terre, puis à la Préhistoire, vous traverserez ensuite l’Antiquité, pour atteindre enfin le Moyen-Âge. Chacune des époques que vous traverserez sera évidemment peuplé d’une faune appropriée et vouée à vous détruire (et le mot est faible). Bon, en fait vous les faites dans l’ordre que vous voulez, mais ça faisait mieux de les présenter dans l’ordre chronologique…

ilyad_amiga_07Arrivé au terme de votre périple temporel, peut-être aurez-vous la chance d’atteindre le monde d’Arkhon. Mais sachez d’ors et déjà que ce monde n’est peuplé que de boss surarmés, spécialement entraînés pour atteindre la cible qui est tatouée sur votre front. Quelle idée aussi de se faire tatouer pareille chose à pareil endroit, faut pas s’étonner après que les méchants soient tout remontés contre vous et essayent dans chaque jeu de vous faire la peau…

ilyad_amiga_08

Édité par Ubi SoftIlyad sort en 1989 sur Amiga.

Techniquement, Ilyad est un jeu assez réussi, la fenêtre de jeu est de taille honorable, les couleurs sont suffisamment nombreuses, et le tout est doté d’une animation extrêmement fluide. Cerise sur le gâteau, on a même droit à une petite parallaxe de derrière les fagots, assez simple d’aspect, mais qui suffit à donner de la profondeur à l’ensemble.

L’ambiance sonore est par contre l’un des points faible d’Ilyad. En effet, pendant le jeu, seuls des bruitages plus que sommaires et un son d’ambiance répétitif et plutôt stressant viendront vous distraire. Vue l’action proposée, on aurait préféré des musiques rythmées…

ilyad_amiga_09Côté maniabilité, si l’infâme sprite qui vous sert de vaisseau est un peu lent de prime abord, il bouge tout de même bien et sera toujours capable de vous sortir du pétrin dans lequel vous vous êtes mis.

Si vous n’êtes pas un foudre de guerre, rompu aux plus coriaces « manic shooters » de l’univers, vous trouverez sans doute qu’Ilyad est injouable. Tout ça pour dire que vous serez sans doute nombreux (j’en fais partie) à trouver difficile de survivre plus de trente secondes à Ilyad.

Vous l’aurez compris, dire qu’Ilyad est difficile est un doux euphémisme. Ilyad est au joueur lambda ce que la Lune est à l’alpiniste : imprenable. Dommage…

En conclusion, si Ilyad est un shoot à la réalisation plus qu’honnête, on regrettera d’autant plus que sa difficulté n’ait pas été revue à la baisse. Un jeu à essayer pour se rendre compte que l’on est mauvais… tout simplement.

Lire la suite

Turrican 3 – Amiga ECS/OCS – 1993

turrican3_titreLes siècles ont passés depuis que l’humanité a entendue parler de la Machine pour la dernière fois. Mais aujourd’hui, après plusieurs générations de liberté et de paix dans la galaxie, les forces maléfiques se rassemblent à nouveau. Dans un mouvement de terreur, la Machine détruit des douzaines de planètes et réduit en esclavage des centaines de peuples pacifiques.Leurs cris sont entendus jusqu’aux confins de la galaxie.
Seuls les courageux combattants appartenant aux Forces Unis de la Liberté sont capables de porter secours à ces âmes perdues. Menés par Bren McGuire, ces hommes combattent pour les innocents.turrican3_01 Lorsque Bren reçoit le dernier message d’une belle jeune fille criant au désespoir, il enfile sa combinaison de combat.Guerrier solitaire luttant contre les forces démoniaques de la Machine, Bren saute hors de son vaisseau pour faire face au challenge ultime.
turrican3_05Comme dans tout Turrican qui se respecte, vous débutez le jeu dans votre combinaison de combat.Pour détruire la Machine, vous allez devoir traverser cinq mondes différents : la manufacture, le dépôt innondé, la décharge, l’antre Alien et l’usine robotique. Pour vous frayer un passage à travers chacun de ces niveaux et éradiquer tous les sbires de la Machine, vous disposez d’un panel d’arme conséquent, variant en puissance : le classique tir multiple (Multiple), le non moins classique tir qui rebondit sur les parois (Rebound) et le laser (Laser) dont la forme et la couleur ont quelque peu changées depuis l’épisode précédent. Pour vous aider dans votre progression, vous pourrez récolter des bonus tels que le missile à tête chercheuse (Homing), le bouclier (Shield), la vie supplémentaire (One up) ou bien le coeur « requinqueur » (Power up). Tous ces bonus sont généralement enfermés dans des caisses qu’il vous suffit de « shooter » pour les libérer.

turrican3_07Comme dans tout Shoot’em up classique, vous rencontrerez à la fin de chaque niveau un boss plus ou moins imposant, qu’il vous faudra anihiler si vous voulez passer à l’étape suivante.

Dans cette épisode vous disposez d’un grappin que vous pouvez activer en étant immobile et en restant appuyé sur le bouton de tir et que vous pouvez diriger à votre convenance pour vous accrocher n’importe où et accéder à des plate-formes inaccessibles. Une fois accroché, vous pourrez vous balancer et vous libérer au moment opportun en restant appuyé sur le bouton feu. Notez bien que ce petit plus qui ajoute grandement à l’intérêt du jeu au niveau recherche, nous prive du canon à plasma orientable des deux épisodes précédents. Notez que vous avez toujours la possibilité de lancer un mur de flamme circulaire autour de vous en appuyant sur la barre d’espace ou sur le second bouton de votre joystick et de vous changer en roue en vous abaissant et en restant appuyé sur feu. Sous cette forme, qui dure un certain temps, vous serez invulnérable et vous pourrez déposer des mines.

Ah oui, dernière chose, n’oubliez pas de ramasser un maximum de cristaux, il peuvent rapporter gros en fin de niveaux où tout est comptabilisé…

turrican3_10Turrican 3 sort en 1993 sur Amiga. Toujours développé par Factor 5, il est une nouvelle fois distribué par Rainbow Arts.

Proposant un challenge un peu en dessous de Turrican 2, il ne se démarque pas non plus par son manque flagrant de couleurs (dans certains niveaux, les pastilles bonus sont tout simplement de la même couleur que le décors de la première parallaxe) et par son originalité; en effet, on retrouve un monde à la sauce Alien, toujours inspiré du style imprimé par le dessinateur H. R. Giger (comme dans les précédents opus et dans Z-Out).

Côté jouabilité, comme d’habitude il n’y a rien à redire ; votre Turrican bouge bien et peut se sortir de toutes les situations. Seul l’utilisation du grappin peut poser un petit problème au début mais on s’y fait très vite.

turrican3_12D’un point de vue technique, on notera la présence dans certains niveaux de parallaxes (de une à huit), qui comme d’habitude participent grandement à donner au jeu une profondeur très appréciable.

En ce qui concerne la musique, on retrouve au commande et pour la énième fois dans un jeu Amiga, le maître incontesté Chris Huelsbeck, qui nous propose des rythmes très entraînants. Côté bruitages, on retrouvera avec plaisir les voix digitalisés annonçant armes et bonus.

En bref, Turrican 3 est un bon soft, un peu en retrait par rapport à l’épisode deux, mais qui propose un challenge à la hauteur. Développé en commun avec la version Mégadrive, la version Amiga est graphiquement légèrement décevante.

Lire la suite

Disposable Hero – Amiga ECS/OCS – 1993

d_hero_titre2808 AD L’Incendie.

L’âge sombre est arrivé. L’Alliance des Mondes Libres n’existe plus. L’humanité est en train de disparaître, peu d’hommes subsistent.

2867 AD La Résistance.

Pour retrouver la liberté et la technologie perdue, quelques hommes et femmes furent sélectionnés pour intégrer une force de combat hautement spécialisée : D-HERO.

2879 D De nos jours…

Les Quartiers Généraux ont été détruits. Le temps nous est compté : vous devez débuter votre mission IMMÉDIATEMENT.

d_hero_00Vous êtes un héro jetable… Vous ne le saviez pas ? Le gouvernement peut se servir de vous et vous jeter comme un vieux mouchoir à loisir ! On est en guerre après tout…

Pour réduire à néant l’invasion extra-terrestre, vous allez devoir traverser cinq planètes infestés d’aliens mi-organiques mi-technologiques. Une fois sorti de votre base, vous devrez vous frayer un chemin à travers le ventre d’un monstre gigantesque, saccagez un avant-poste technologique, survivre dans une caverne sous-marine et piloter à la surface de la base extra-terrestre, avant de pouvoir affronter le chef de cette invasion.

d_hero_03Pour survivre, vous devrez également partir en quête de technologies aliens. En effet, suite à l’invasion, le potentiel en armement de la flotte alliée a considérablement diminué ; il est donc vital que vous récoltiez un maximum de kits d’armement afin que les labos puissent les analyser et vous fournir dans un laps de temps plus ou moins long, une solution technologique adaptée à votre vaisseau. En parlant de labos, ils sont disséminés tout le long de votre parcours et apparaissent sous la forme de coupoles hémisphériques bleues transparentes. Vous devrez ensuite choisir judicieusement votre armement, afin tout d’abord d’augmenter la puissance de votre vaisseaux – c’est à dire sa capacité à transporter plus d’armes – et de combiner les types d’armement les plus efficaces.

d_hero_04Vous aurez au départ un tir unique de type plasma que vous pourrez améliorer en double tir (tir de face plus tir à 45° vers le bas), ensuite vous aurez la possibilité de remplacer cette arme par un triple tir. Viendra ensuite s’ajouter un tir latéral (au-dessus du vaisseau), un satellite lanceur d’engins explosifs ou un tir arrière. Pour soutenir votre armement principal, vous pourrez y adjoindre des bombes (qui tombent), des rockets et autres missiles à tête chercheuse (classique !). Un bouclier est également disponible.

d_hero_05Chaque niveau est infesté d’aliens donc, mais vous devrez en affronter un plus coriace au milieu (quelques fois deux) et un maxi boss à la fin. Comme je l’ai dit au début les monstres sont organiques mais ils sont protégés (voire combinés) à une carapace blindée ; c’est de la biomécanique de type H.R. GIGER. Pour les tuer, vous devrez donc, le plus souvent, les débarrasser de leur armure, puis les canarder pour détruire ce qui reste…

d_hero_10Disposable Hero sort en 1993 sur Amiga. Le jeu est développé par Euphoria et Boys Without Brain et produit par Gremlin.

Le jeu est vraiment magnifique et semblerait presque bénéficier de la technologie AGA, pourtant ce n’est pas le cas car il tourne parfaitement sur un Amiga 500. Côté couleurs, rien à dire, on est servi, tous les décors sont très colorés et les ennemis ressortent bien (pas de risque de confusion). Le design de l’ensemble est vraiment recherché ; chaque alien, que ce soit les boss ou bien n’importe quel autre petit vaisseau est parfaitement détaillé et donne à l’ensemble une note bien appréciable.

d_hero_11Côté son, que du tout bon, le jeu est servi par une musique originale par niveau. C’est de la techno hyper efficace qui vient parfaitement rythmer le jeu. Les bruitages ne ont pas en reste et renforce grandement l’ambiance oppressante.

La difficulté est bien dosée au début. Attention, le jeu devient vraiment très difficile vers la fin et il vous faudra avoir l’œil partout sous peine d’être détruit de mille manières différentes…

d_hero_13Disposable Hero n’est pas qu’un simple clone de R-Type, c’est aussi un jeu bourré d’idées innovantes qui vous couperont le souffle, si les images que je vous propose ne l’ont pas déjà fait. Un jeu à jouer sans modération…

Vous l’aurez compris, si vous êtes fan de shoot’em up bien bourrins aux graphismes soignés, foncez, ce jeu est une petite merveille dont vous ne décrocherez pas avant d’en avoir vu la fin.

Probablement le meilleur shmup horizontal « old school » de l’Amiga…