Animotion – Phenomena – OCS – 1990

Arrivée première à la Dexion X-Mas Conference 1990, voici Animotion de Phenomena.

http://www.youtube.com/watch?v=WJGraZ44EqA

Code : Celebrandil
Musique : Tip, Mantronic
Textes : Celebrandil
Graphismes : Havok (crystal logo)

Publicités

Banshee – Amiga AGA – 1992

banshee_aga_titreLa Terre, année 1999.
Mais la Terre d’une autre dimension temporelle. Les fours à micro-ondes n’existent pas et les télés sont encore en noir et blanc. L’humanité vit en paix jusqu’à ce que…
Blardax Maldrear, le dirigeant maléfique de l’Empire Styx ait une idée délicieusement diabolique… Ne serait-il pas génial de s’emparer de cette bonne vieille planète Terre ?
L’invasion commence…

…Et un seul homme se met en travers du chemin de Blardax et de sa soif de domination mondiale. Son nom : Sven Svardensvart !banshee_aga_01

Seul ou à deux, prenez les commandes d’un des derniers avions de la flotte de défense terrestre pour empêcher Blardax de conquérir le monde. Traversez quatre niveaux gigantesques aux décors variés et remplissez différentes missions : volez au dessus de l’océan Atlantikan et détruisez le port de Mova Scosha, entrez dans Styx et détruisez les gigantesques gardes, Éliminez le Haut Commandement de Styx dans son Bunker et volez la technologie qui permettra à votre Banshee d’effectuer des vols spatiaux, poursuivez Blardax vers sa base de commandement sur Veenix.

banshee_aga_03Le système d’armement est des plus classiques : récupérez la technologie de vos ennemis pour améliorer votre vitesse, la puissance de feu de vos armes, doublez ou triplez votre canon principal, adjoignez-y des tirs latéraux et en biais, choisissez entre la bombe destructrice, la rocket surpuissante ou les missiles à tête chercheuse bien pratiques.

Chaque mission se ponctue bien évidemment par un boss très puissant, allant de trois sous-marins surarmés à un bon gros « char » des familles en passant par un gigantesque robot gardien.

Petite originalité, la météo sera de la partie : pluie battante et brouillard viendront vous gêner dans votre progression.

banshee_aga_05Banshee sort en version AGA en 1994. Distribué par Core Design, le jeu est développé par une équipe nordique.

Agréable graphiquement, Banshee est le premier shmup qui commence à exploiter les capacités graphiques des A1200 et des A4000. Par contre, on sent que la bécane a de la réserve et qu’on en est encore qu’aux balbutiement de cette technologie.

Si les bruitages sont de bonne facture, on aurait aimé que le jeu bénéficie d’une musique rythmé. Malheureusement, ce n’est pas le cas…

banshee_aga_11Banshee n’est certes pas original (surtout le scénario), mais il a le mérite de donner aux Amiga AGA leur premier shmup vertical « old school à la sauce deuxième guerre mondiale » digne de ce nom.

Quand on voit ce genre de jeu et quand on sait qu’une technologie met à peu près cinq ans avant d’atteindre sa pleine maturité (voir T-Zero pour s’en convaincre), on ne peut que regretter que l’Amiga 1200 n’ait pas eu une vie plus longue…

Last-Out sur Windows 64 bits

Bonjour à tous,

J’ai travaillé un peu cette après-midi sur Last-Out pour me remettre dans le bain avant une séance programmé de WIP* les 12 et 13 mars prochains.

Première chose, j’ai dû faire face à de nombreux problèmes lors du lancement du jeu sous Windows 10 64 bits. Après maintes recherches, j’ai découvert la solution de désactiver la Prévention de l’Exécution des Données (DEP) [voir la page consacrée au remake pour plus de détails]. J’espère en tout cas que ça vous aidera, c’est valable pour Blazing Wings également.

J’en ai également profité pour me refamiliariser avec Game Maker 8.1. Pas facile facile, après tant d’années… En tout cas, je constate qu’il ne me reste plus grand chose à faire pour boucler le niveau 5, si je m’abstiens de refondre les graphismes pour le moment.

Je vous invite à utiliser les commentaires pour m’indiquer les différents bogues que vous pourriez trouver, notamment dans la béta du niveau 5, ainsi que votre système d’exploitation. Merci d’avance.

Pour finaliser Last-Out, j’aurai besoin de votre aide et de votre soutien.

@+

 *WIP : travail en cours.

Assassin Special Edition – Amiga ECS/OCS – 1994

assassin_se_titreLe maléfique Midan, tyran de la pire espèce, se terre au plus profond de son repaire souterrain. Les Forces de Sécurité Alliées réclame la fin de son règne. Ils n’ont besoin que d’un seul homme…

Et cet homme, c’est vous.

assassin_01Pas facile d’être un assassin à la solde d’une organisation planétaire. Surtout quand en plus vous êtes le seul capable de régler en douceur, oups ! Pardon, dans la douleur, une situation de crise…
Comme vous êtes le meilleur des meilleurs, la crème de la crème, c’est tout naturellement vous que l’on a choisi pour infiltrer le repaire du terrible Midan, sombre ennemi de l’humanité, et l’assassiner proprement, au plus profond du nid où il se terre comme le chien galeux qu’il est.

Car la réputation du mec en question (Midan) ne repose sur rien ! C’est juste un tyran super friqué, mais pas une menace en soit; un baveux de plus, qui en se réveillant un matin, a été pris par la folie des grandeurs. Une lopette sans cervelle, qui sans sa garde personnelle ou ses accessoires ultra-sophistiqués serait aussi démuni qu’un misérable vermisseau. D’ailleurs, vous vous riez de ce pathétique personnage, mais vous gardez en tête que votre mission ne sera pas de tout repos.

assassin_06Armé de votre tout nouveau gant cracheur de plasma et héritier d’une technique ancestral d’accrochage et d’agrippement qui repose entièrement sur la force des poignets et le coup de rein, vous devrez vous faufiler à travers les mailles du filet qu’à tissé derrière lui Midan. Dans l’histoire, le nombre de victime n’a que peu d’importance, les gouvernements alliés contre le règne sanglant de Midan vous font d’ailleurs confiance pour nettoyer chacune des quatres zones que vous devrez traverser.

Profitez-en pour améliorer votre armement en récoltant les options que laissent tomber vos assaillants en mourant; vous n’en deviendrez que plus efficace. Attention, car si vous mourez, vous perdrez l’ensemble des améliorations de votre arme. Libre à vous de déclencher à tout moment, par simple pression prolongée sur le bouton de tir, une des six armes spéciales destructrices que vous récolterez sur votre route; la sixième n’étant disponible que si vous trouvez toutes les étoiles d’une même zone.
assassin_07Pour vous requinquer, vous trouverez de l’énergie , et du temps suplémentaire pour repousser le compte-à-rebours. Avec un peu de chance, vous découvrirez quelques fois des vies supplémentaires .

Pour atteindre Midan, vous devrez traverser quatre sections (le chantier de construction, le centre de commande pour missiles, l’asile génétique et le labyrinthe de Midan), divisées en quatre zones chacunes. Sans être de taille excessive, la plupart de ces zones sont labyrinthiques. Bonne chance !

assassin_08Développé et produit par Team 17, Assassin – Special Edition sort en 1994 sur Amiga, soit deux ans après l’original.

Fort du succès de la version de 1992 et consciente de ses lacunes et de ses défauts, l’équipe de Team 17 nous propose ici un titre magistralement orchestré.

Graphiquement, pas de réelle évolution, seul de petits détails ont été retravaillés. Le style est toujours très agréable à regarder et les environnement sont variés. Le look du héro change un peu et passe d’un style décontracté à un look plus high-tech.

Autre nouveauté, votre assassin troque ses boomerang à la portée initiale ridicule contre un plasma, qui s’il n’est pas très puissant au départ, a le mérite d’atteindre n’importe qu’elle cible à l’autre bout de l’écran.

assassin_04D’un point de vue sonore, si la musique d’introduction est somptueuse, les bruitages en cours de jeu sont de toute beauté. Le claquement des pieds sur le sol, le souffle du personnage, les petits cris dû à l’effort que nécessite chaque saut ou acrobaties. Une pure merveille !

Évidemment, comme dans tout jeu de Team 17, le scrolling est extraordinairement lisse et l’animation du personnage est sans conteste le point fort de ce jeu. Quelle fluidité dans l’exécution du moindre mouvement et cette faculté de s’accrocher au moindre mur à la moindre plateforme et de s’y déplacer comme si de rien n’était. Un pur régal !

Pour couronner le tout, la difficulté a été revue à la baisse et les longs niveaux de la première version, où il était si facile de se perdre, ont été divisés en quatre zone de taille réduite certes, mais si agréable à parcourir…

Vous l’aurez donc compris, Assassin – Special Edition est un must de l’Amiga, à posséder de toute urgence, qui fort d’une réalisation hors paire, distille un plaisir de jouer dont bien peu de titres équivalants peuvent s’enorgueillir !

Little Nell – The Black Lotus – AGA – 2002

Arrivée première à la Mekka Symposium 2002 dans la catégorie démo, Little Nell de The Black Lotus est encore une fois un ravissement pour les yeux et les oreilles…

http://www.youtube.com/watch?v=7Zsoi507vTs

Code : E-Moon, Rubberduck, Scout (aka Kalms)
Graphismes : Louie, Tudor
Musique : Traumachildgenesis

Ocean Machine – The Black Lotus – AGA – 2005

Ocean Machine de The Black Lotus arrivée première à la Breakpoint 2005 dans la catégorie mo.

De sublimes effets 3D accompagnés d’une composition musicale envoûtante…

http://www.youtube.com/watch?v=mbzQKkbEu1w

Code : Kalms, Rubberduck
Graphismes : Louie, Nichosen, Tudor
Musique : Jugis Sister, Yolk

Aladdin – Amiga AGA – 1994

aladdin_titreA Agrabah, un lointain pays balayé par des vents de sable, Aladdin, un jeune gamin des rues, doit voler pour survivre.

Pendant ce temps, Jafar, le conseiller du Sultan, fait tout pour s’accaparer la Lampe Magique de la dangereuse Caverne des Merveilles afin de s’emparer du Royaume. Notre histoire commence par une sombre nuit…

aladdin_01Incarnez Aladdin pour empêcher Jafar de conquérir la pays.

Échappez aux gardes dans le Marché d’Agrabah, survivez au Désert pour retrouver le premier morceau du Scarabé Magique, volez le second morceau à un voleur rusé sur les Toits d’Agrabah, parcourez le Donjon du Sultan, cherchez la Lampe au cœur de la Caverne des Merveilles, rencontrez le Génie dans la Lampe, partez à la poursuite de Jafar dans le Palais du Sultan et pour finir survivez aux Quartiers de Jafar.

Voilà en détail l’itinéraire qu’il vous faudra suivre pour venir à bout de ce jeu…

aladdin_04Tout au long de votre parcours, vous devrez affronter différents ennemis comme les gardes du palais. Vous pourrez au choix dégainer votre cimeterre ou leur lancer des pommes récoltées sur votre route. Les cœur bleus vous redonnerons quelques points d’énergie et les rubis pourront vous permettre de négocier quelques achats auprès d’un marchand ambulant.

Si vous récoltez des tête de Génie, vous pourrez, à la fin de chaque niveau, tenter votre chance à la roulette lors d’un séquence bonus. De même, une tête d’Apu, le singe, vous permettra de récolter des vies et autres bonus en contrôlant Apu lors d’une phase de jeu endiablée.

aladdin_06Développé par Disney Software et édité par Virgin Interactive Entertainment, Aladdin sort en 1994 sur Amiga AGA.

Ceux qui en 1993 possédait une Super Nintendo se souviendront peut-être de la magnifique conversion du dessin animé Aladdin. C’est donc un an plus tard que Dysney Software prend les choses en main pour nous pondre une version Amiga AGA tout aussi spectaculaire.

Premier constat, les sprites des personnages sont directement empruntés au dessin animé et sont donc de toute beauté. On est donc devant un jeu qui reprend en tout point l’ambiance du film et c’est clairement une bonne chose.

aladdin_08Côté technique, le minimum syndical est ici de rigueur; deux parallaxes pour créer un scrolling différentiel lisse et efficace. Sur Amiga 1200, on aurait pu espérer avoir droit à beaucoup mieux… Les couleurs sont nombreuses et évidemment bien choisie. Bref, on s’y croirait.

Niveau maniabilité du personnage, disons que c’est perfectible… Aladdin glisse beaucoup et n’enchaîne pas les actions désirées à volonté. Il y a toujours un petit temps de latence qui peut vous coûter à tout moment une vie.

Si les musiques sont extrêmement agréables, car provenant directement du film, on pourra regretter que les bruitages bouffent une voie et pas la moindre : celle de la mélodie. Alors que dans d’autres jeux, les programmeurs ont l’intelligence d’utiliser la voie de la batterie pour les bruitages, chez Disney, il faut croire qu’ils n’ont rien compris du tout… Une telle aberration me laisse perplexe.

aladdin_09Au final, Aladdin AGA est un jeu d’excellente facture à la difficulté bien dosée. Beau graphiquement, jouable, mais musicalement maladroit, il ravira toute la famille et notamment les plus jeunes. On regrettera simplement que la technologie AGA n’ait pas été réellement utilisée et que le jeu ne suive pas de plus près la trame du film, comme le faisait l’excellente version Super Nintendo.

Côté émulation, c’est toujours la même chose; avec la configuration Amiga 1200, je vous recommande de régler le CPU sur 68EC020…