Accueil » Plateforme » Fire and Ice – Amiga ECS/OCS – 1992

Fire and Ice – Amiga ECS/OCS – 1992

fireandice_titreComment ça pas de scénario ? Bon, ben va falloir en pondre un vite fait !

fireandice_01Vous êtes Cool Coyote et vous vivez heureux depuis une bonne vingtaine d’années dans un igloo au beau milieu de la calotte glaciaire, jusqu’au jour où… un monstrueux esprit enfermé depuis la nuit des temps dans une des pyramides d’Egypte, refait surface suite à des fouilles archéologiques. o_O Comble de l’horreur, le grand méchant de service envoie ses légions se répandre sur la Terre et entreprend de réchauffer le climat pour étendre son territoire qu’il aime désertique… Le problème, c’est que le pôle nord commence à fondre sérieusement et Cool Coyote, inquiet, part avec les jeunes chiots de sa meute enquêter sur les causes du dérèglement climatique.

fireandice_02Imaginez la galère pour un coyote cracheur de boules de glace réfrigérantes : traverser un territoire gigantesque infesté par des hordes hostiles et faire face aux pièges naturels de chaque environnement. Et des environnements, il faut bien avouer, qu’il va y en avoir beaucoup à découvrir sur la pointe des pieds : la Banquise où Cool Coyote a un léger avantage, la Prairie, des Château Moyennageux, des Fonds Marins, une Jungle Surpeuplée, des Temples Amérindiens, les Jardins Suspendus de Babeloued et enfin la grande Pyramide de Keops. Faut dire aussi que notre coyote n’a pas pris le chemin le plus court.

fireandice_04Chaque monde est divisé en sous-niveaux dans lesquels Cool Coyote devra retrouver six fragments de la clé qui ouvre la porte dimensionnelle symbolisant la sortie. Pour obtenir ces précieux fragments, il devra se farcir chacun des ennemis qui hantent les lieux; six d’entre eux s’en sont emparés.

fireandice_03Qu’à cela ne tienne, Cool Coyote a son tir givré qui glace les ennemis, ensuite il n’a plus qu’à les éfleurer pour les faire se briser en milliers de morceaux; Sur sa route, il découvrira des blocs glacés bonus renfermant de nombreux types d’armes spéciales qu’il pourra actionner à tout moment en restant appuyer sur le bouton feu. Ce petit filou de Cool Coyote aime aussi ses Smart Bombs qu’il déclanche en s’abaissant et en restant appuyé sur feu et qui font tant de dégâts dans ses parages… D’ailleurs, au besoin, il sait qu’il peut compter sur les petits nuages pour en refaire le plein en tirant dessus.

fireandice_05Ah oui, y’a aussi plein de surprises disséminées sur son chemin et des pièces aussi, faut dire qu’une expédition d’une telle ampleur, ça coûte bonbon…

Cool Coyote sait aussi qu’au besoin, il peut envoyer en éclaireur l’un de ses chiots, en s’abaissant et en tirant et que s’il est à court de vie, il lui suffira d’en faire sortir un ou deux par la porte de sortie avant lui. D’ailleurs, à propos de vies supplémentaires, notre Coyote a entendu dire que dans certains recoins des niveaux se cachent des os magiques qui en redonnent une. Pas fou ce Cool Coyote !

fireandice_06Développé par Graftgold et édité par Renegade, Fire and Ice sort en 1992 sur Amiga.

Commençons par le commencement, l’aspect graphique de Fire and Ice; et bien on est pas déçu du résultat : les graphismes sont haut en couleurs, notamment grâce à la parallaxe de fond affichant un dégradé de couleurs de toute beauté dont les tons évoluent en fonction de l’heure de la journée. C’est donc très réussis. Puisque l’on parle de paralaxes, Fire and Ice en affiche trois : la principale, celle de fond et une autre en avant plan, plus discrète, mais qui, comme d’habitude, amplifie la profondeur de l’action.

Le tout bénéficie d’une animation ultra fluide, les parallaxes glissants les unes sur les autres sans l’ombre d’un souci.

fireandice_07Côté son par contre, on a de quoi être un peu déçu. Certes les mélodies sont entraînantes, bien qu’un peu simplettes, mais la qualité des samples n’est pas de la partie. Ce n’est pas du niveau de l’Amiga… Les bruitages sont hyper quelconques et ne remontent donc pas le niveau technique de l’ensemble.

fireandice_08Niveau maniabilité, une chose est sûre, le maniement de Cool Coyotte va faire grincer des dents… Tout comme dans Brian the Lion, notre coyote est soumis à une très forte inertie qui implique de doser chacun de ses sauts. Tout est évidemment une question d’entraîment et cette relative difficulté, si typique des jeux Amiga, ne devrait pas vous empêcher de vite progresser.

Au final, Fire and Ice est une expérience vidéo-ludique de haut vol. Graphiquement très agréable, proposant une animation sans défaut, sa difficulté progressive devrait vous accrocher un petit moment. On ne pourra que regretter que les musiques n’aient pas bénéficiées du même soin que le reste…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s