Accueil » Shoot´em up vertical » Hybris – Amiga OCS – 1988

Hybris – Amiga OCS – 1988

hybris_titre


Année 2461 – Sur une planète très éloignée, une colonie terrestre a été attaquée par de traitresses forces aliens. Votre mission, en tant que premier pilote de la station spatiale Hybris, est de rétablir les communications avec cette colonie. Il n’y a pas une minute à perdre, votre vaisseau est déjà prêt et gronde de toute sa puissance…

Incarnez au choix Jean-Pascal Maverick ou Kevina Lovett pour venir en aide aux malheureux colons d’une planète mise en péril par des aliens vicelards.

hybris_02Pour remplir votre mission, vous devrez aider Jean-Pascal et Kevina à traverser trois gigantesques niveaux aux mains de la racaille extra-terrestre.

Aux commandes de votre XR-32, un vaisseau de combat très maniable mais pas franchement puissant, vous devrez réduire à néant une à une les vagues ennemies que le commandeur de la flotte alien vous envoie.

Pour ce faire, vous disposez d’un tir précis capable de percer le blindage de n’importe quel navire de guerre et de trois pruneaux atomiques, symbolisés par trois « S » en haut, au milieu de votre écran et que vous pourrez déclencher à tout moment du jeu en pressant vigoureusement la barre d’espace.

hybris_03Petite subtilité liée à la technologie avancée de votre vaisseau, celui-ci dispose d’un mode « Expansion » utilisable trois fois par niveau de puissance et symbolisé par trois « E » en haut, au milieu de votre écran.

Le mode « Expansion » s’enclenche en faisant décrire au manche de votre joystick un cercle complet et permet au blindage additionnel de votre vaisseau de se déployer durant une trentaine de secondes tout en libérant sa puissance de feu.

hybris_04Parallèlement à cela, votre vaisseau mère, le célèbre croiseur interstellaire Hybris, est programmé pour vous envoyer à intervale régulier de nouveau modules d’expansion, vous permettant d’accroître considérablement la puissance de votre vaisseau.

Ainsi, pour consolider votre équipement de départ, ce ne sont pas moins de quatre modules d’expansion qui vous seront envoyés dans un balais chorégraphié, et qu’il vous faudra détruire pour en récupérer le contenu.

hybris_05Mais attention, chaque fois que vous serez touché, vous perdrez un module et en mode « Expansion », vous serez quelques fois encore plus vulnérable !

On vous a prévenu à l’avance, votre route sera semée d’innombrables périls; ainsi, vous devrez faire face à maintes reprises à des boss lourdement armé que vous affronterez une première fois en milieu de niveau en guise d’apéritif et qui reviendront à la charge en conclusion.

hybris_06Au hasard de vos déplacements, vous serez amenés à révéler sur votre route des bonus bien cachés , chacun vous rapportant 5000 points. Aussi, explorez le plus de terrain possible pour en récolter un maximum.

Pour finir, notez que si vous rencontrez une option zigzaguante et scintillante , vous n’hésiterez pas à vous ruer dessus afin d’obtenir pour quelques dizaines de secondes l’invincibilité.

hybris_07Développé par Cope-com et distribué par Discovery Software, Hybris sort en 1988 sur Amiga.

A la vue des images, j’imagine ce que vous devez vous dire : « 1988 ???? » Et oui, 1988, vous avez parfaitement lu.

Autrement dit, pour l’époque, Hybris est une véritable claque en matière d’animation et de réalisation graphique et sonore. Une tuerie, largement à la hauteur des shoots arcade sortis à la même période.

hybris_08En gros, Hybris est, pour l’époque, la vitrine de ce qui peut se faire de mieux sur Amiga et disons-le clairement, ce jeu fera vendre beaucoup de machines, tant les gens seront bluffés par sa qualité.

icone_graphismesGraphiquement, donc, Hybris tient solidement la route avec ses décors fins, colorés et variés et ses ennemis du même calibre. Le tout est donc très agréable à l’oeil, je dirais même plus : ça titille les rétines.

hybris_09icone_techniqueL’animation est impécables, le scrolling est d’une fluidité exceptionnelle et les mouvements des sprites frisent la perfection; bref, du grand art.

icone_sonD’un point de vue sonore, la musique vous accompagnant tout au long de votre périple est très agréable et entraînante au possible, par contre, comme souvent, les bruitages font à chaque fois sauter une des voix utilisées par la mélodie… dommage. Notez que vous pourrez choisir entre l’un ou l’autre à tout moment du jeu en appuyant sur « S » pour les bruitages et « M » sur Amiga ou « , (virgule) » sur PC pour la musique.

hybris_10icone_jouabiliteVour apprécierez très certainement la maniabilité de votre vaisseau tant elle est naturelle.

icone_difficulteCôté difficulté, sachant que tout est paramètrable à l’écran titre (en appuyant sur la barre d’espace), je dirais qu’il revient à chacun de choisir son niveau. Ainsi, si vous désirez facilement en voir le bout, vous ne manquerez pas de vous gaver de vies supplémentaires, de diminuer la fréquence de tir des ennemis ainsi que la vitesse des boulettes, de réduire le délais entre chaque module d’expansion ou encore d’augmenter la durée des-dites expansions.

hybris_11Les baroudeurs du shmup, quant à eux, ne se priveront pas de faire l’inverse… les fous ! 😀

On notera également que le concept des modules d’expansion est très intéressant car tout comme dans le jeu Wings of death, il introduit le concept du masque de collision qui augmente, à chaque fois que votre vaisseau grossit, rendant votre progression, de fait, plus difficile. Un concept aussi rare que subtile.

En résumé, Hybris est brillant, que ce soit son concept de base ou sa réalisation, tout dans ce jeu est fait pour que vous passiez un agréable moment. Avis aux amateurs et aux autres.

dangar

Dangar – UFO Robo

Les origines du jeu Hybris…

Hybris, par ses graphismes et son concept de modules d’expansion, s’inspire directement du jeu Dangar – UFO Robo, édité en arcade par Nichibutsu en 1986, séquelle de Terra Cresta un autre titre de cet éditeur, sorti un an plus tôt et préquelle de Terra Force (1987).

Notez la troublante similude du premier niveau d’Hybris avec l’image ci-contre tirée du jeu Dangar. On y retrouve en décor les rochers, les palmiers et les fissures dans le sol et pour les ennemis les tourelles défensives dont certaines sont protégées par des blocs indestructibles.

terra_cresta

Terra Cresta

Pour prolonger un peu plus cette analyse, on pourra remarquer que ce jeu est constitué d’un niveau extérieur dans lequel sont parsemés des trous menant à plusieurs niveaux souterrains… ce concept, bien connu des amigaïstes, constitue la grosse originalité du jeu Battle Squadron, également appelé Hybris 2, car réalisé par la même équipe.

Autant dire que les gens qui sont derrière ces deux jeux Amiga avaient le flair pour dégoter les bonnes idées et les exploiter de la plus belle manière qui soit. Chapeau !

Le saviez-vous ?

  • Martin Pedersen, le programmeur, n’était âgé que de 16 ans lorsqu’il développa Hybris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s