Toki – Amiga ECS / OCS – 1991

20130802-203046.jpgAu commencement, il y eut Juju Densetsu, la Légende de Juju, édité par TAD Corporation au Japon en décembre 1989. Le jeu connaissant un succès bien mérité, nous verrons pourquoi, il sera distribué hors de l’archipelle nippone par Fabtec sous le doux nom de Toki. Alors pourquoi Toki  ? Et bien pour la petite histoire, Tadashi YOKOHAMA, le président de TAD, proposa le prénom de son fils Toki pour représenter le jeu à l’international. Voilà pourquoi vous incarnez donc Toki, un petit gars coulant des jours paisibles aux côtés de sa fiancée Miho dans une contrée reculée au fin fond d’un pays lointain. Ainsi, comme dirait Candide, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’au jour où Vookimedlo, le méchant sorcier du pays d’à côté, qui est franchement vilain soit dit en passant, passe par là et décide que votre aimée deviendra son aimée. D’où le dilemne. Aidé de l’un de ses sbires, Bashtar, Vookimedlo l’enlève pendant que vous avez le dos tourné. Alerté par les cris de Miho, vous vous précipitez sur les lieux du drame, mais Vookimedlo, comme tout méchant qui se respecte a plus d’un tour dans sa manche et dans son sac et vous transforme en un chimpanzé insignifiant, certain que sous cette forme il n’aura jamais à se soucier de votre courroux. Si la méchanceté de Vookimedlo n’est plus à démontrer, sa débilité non plus, aussi en vous transformant, il vous a par mégarde doté de la faculté de cracher des boules de feu destructrices qui font très très mal. Ça s’est apparemment joué à une syllabe près lors de l’incantation de la formule magique, un truc du style « Clatu Verata Nectarine » au lieu de « Clatu Verata Nictu », une broutille pour Vookimedlo, certes, mais une broutille qui aura son importance, nous le verrons… Aussi, au bord du gouffre mais ravigoté par ce frèle espoir, vous vous lancez au secours de la belle et n’avez qu’une idée en tête : anéantir Vookimedlo et sa horde purulente.

20130801-194407.jpgVoici donc dressée en quelques lignes l’intrigue du jeu, intrigue étant un bien grand mot, il faut l’avouer.
Dans la peau de Toki, un chimpanzé donc, vous vous élancez à la poursuite de Vookimedlo dans l’espoir de délivrer Miho. Miho, qui soit dit en passant endosse bien malgré elle le rôle de la conne de service, toujours prompte à se foutre dans une merde pas possible, rôle qu’a toujours si bien tenu et assumé la pathétique princesse Peach de Super Mario Bros. Bref, passons…
Pour atteindre votre ennemi désormais juré, le jeu vous invite à traverser six mondes truffés de piéges et peuplés par un bestiaire qui leur sont propre. Ainsi, après vous être extirpé du Labyrinthe de Cavernes, vous devrez survivre dans les eaux sumâtres du Lac Neptune, résister à la chaleur torride des Cavernes de Feu, pour ne pas choire sur les pentes glissantes du Palais de Glace, avant d’affronter l’atmosphère étouffante de la Jungle Sombre et atteindre enfin le Palais Doré où se terre ce pourri de Vookimedlo. Précisons que l’issue de chacun de ces mondes est farouchement gardée par un boss, qui, comme par hasard, s’est juré de vous réduire à néant si par aventure vous vous risquiez à suivre la trace de leur maître. Classique quoi.

20130801-194723.jpgPour anéantir les ennemis qui se dressent devant vous, inconscients de la rage qui vous anime, vous aurez le choix entre leur sauter sur la tête pour les estourbir en quelques bonds suivant leur résistance, tactique oh combien risquée car cela vous obligera à vous rapprocher dangereusement d’eux ou bien d’user de votre tout nouveau pouvoir et de les vaporiser grâce à vos crachats enflammés, à distance donc et dans toutes les directions. Pour se faire, une simple pression prolongée sur le bouton feu de la manette suffira à enclancher votre tir qu’il vous faudra ensuite orienter à bon escient. Les puristes de la version arcade regretteront soit dit en passant le bouton réservé au saut car ici il vous faudra actionner la manette vers le haut pour bondir. Les autres n’y verront qu’un détail.

Pour vous aider dans votre progression, des bonus divers et variés joncheront votre parcours : le casque vous protègera contre les attaques frontales, tandis que le petit Toki vous récompensera d’une vie supplémentaire et j’en passe volontairement pour vous laisser la surprise. Notez qu’en détruisant certains ennemis, vous récolterez certaines améliorations pour votre puissance de feu.

20130801-194915.jpg

Développé par une équipe française d’Ocean, Toki sort en 1991 sur Amiga.

icone_techniqueQue dire de Toki sur Amiga, sinon qu’il figure parmi les conversions les plus réussies ayant vues le jour sur la machine de Commodore. Le jeu est ultra coloré, exploitant à merveille les trente-deux couleurs affichables simultanément par la machine. Les sprites sont de bonne taille et sont en outre plus que fidèles à ceux d’origine. Le jeu profite de la puissance de l’Amiga pour afficher avec brio une parallaxe de fond, produisant ainsi un scrolling différentiel du plus bel effet. On notera toutefois que le dit scrolling a été programmé sur Amiga pour s’interrompre à des endroits stratégiques afin de masquer la suite du décor et augmenter artificiellement la difficulté, révélation du programmeur lui-même, monsieur Michel Janicki. À ceux qui s’en sont plaints ou qui s’en plaignent encore, je leurs dirai ceci, ce petit tour de passe-passe n’existe pas sur la version Atari ST (qui rame un max soit dit en passant) et le jeu n’en est que trop facile, voire désarmant de facilité…

icone_sonMusicalement parlant, Toki sur Amiga, c’est l’extase pour les tympans. Les musiques du jeu original sont sublimées par Paula, le mythique processeur sonore de la bête de Commodore et Pierre-Éric Loriaux, le musicien, s’est même payé le luxe d’en composer des nouvelles que vous n’êtes pas prêts de vous sortir de la tête. On regrettera juste que Paula ne gèrent nativement que quatre voix car les bruitages, la plupart du temps, viennent en écraser une, la batterie, dommage.

icone_difficulteTout comme en Arcade, la difficulté est progressive, mais certains passages vers la fin vous rendront peut-être dingue, tant certains enchaînements doivent être exécutés au millimètre près. Pour autant, la durée de vie n’en est que rallongée !

Au final, Toki sur Amiga est une petite pépite qui saura certainement reprendre au piège les accrocs de la première heure (je confirme !). Esthétiquement agréable, aux sonorités mélodiques, très jouable, ce jeu propose un challenge raisonnable. Il a donc tout pour vous plaire.

Le saviez-vous ?

  • Ou plutôt, L’aviez-vous remarqué ?, la version Arcade ne propose que deux musiques de stage.
  • Il aura fallu dix mois aux équipes de Tad pou développer le jeu, développement qui pris fin le 6 novembre 1989.
  • Au total, Tad vendit près de 5600 PCB de la version Arcade.
  • Toki aurait dû sortir sur Amstrad GX 4000 et sur ZX Spectrum.
  • Un prototype du jeu pour la console Atari 7800 existe, il daterait de 1993, mais n’a pas encore été diffusé sur la toile.

Et pour tout connaître sur TOKI version Arcade, je vous invite à regarder l’émission BackintoysTV qui lui est consacrée :