Menace – Amiga OCS – 1988

Votre mission est simple, vous devez détruire la planète Draconia. En théorie possible, mais en pratique…

Draconia est une planète artificielle créée durant des centaines d’années par six des tyrans les plus craints, ayant jamais existé. Ces derniers, exilés depuis leur galaxie natale, ont ravagé et pillé l’espace, puis ont utilisé les mondes qu’ils avaient détruit et les formes de vie qu’ils avaient créées, pour construire cette planète de crainte et de mort.

Aujourd’ui, il est temps de mettre un terme à leur règne de terreur. Une attaque de grande envergure se révélerait trop coûteuse en vies humaines pour notre flotte, car Draconia possède de nombreux systèmes de défence en orbite. Aussi, seul un vaisseau de combat, approchant sans se faire détecter, a peut-être une chance de détruire Draconia et de venger tout ceux qui ont pérri.

Cette chance… c’est la votre…

Ha ha ! Ça me fait toujours doucement rigoler lorsque je lis pour la première fois l’histoire sur laquelle repose un shmup. Autant dire qu’il ne repose sur rien et n’en parlons plus…

Bon, soyons indulgent, comme la plupart des shmups qui ont hanté notre bonne vieille machine, Menace n’a absolument pas besoin de scénario pour justifier son existence. Tout ce que vous devez savoir, c’est que des aliens complètement fous (les méchants) ont décidés, un beau jour, de foutre la merde dans l’univers, et que vous (le gentil, mais aussi le con de service) avez été envoyé, seul :)), afin de régler la situation.

Vous partez donc, la fleur au fusil, exécuter la racaille de l’univers, une larme à l’oeil en pensant aux gens qui vous font confiance…

Aux commandes de votre boîte de conserve dernier cri , dont le bouclier protecteur baisse à la moindre chiquenaude, vous allez devoir traverser six environnements regorgeant de monstres mauvais et de boss furax (les tyrans).

Equipé d’un armement plus que rudimentaire, vous devrez zigouiller des vagues entières afin de pouvoir récolter une des options qui symbolisera votre salut.

Tout d’abord, si vous êtes avide de points ou d’argent, voire les deux, vous vous jetterez à chaque fois comme un dératé sur la première option disponible ; et vous n’aurez aucune chance de survie.

Les plus malins d’entre vous, comprendront bien vite, qu’il est préférable de tirer avec frénésie sur cette option, afin d’en modifier l’intérêt.

Dans l’ordre, vous pourrez obtenir une mitrailleuse, un laser, de la vitesse, un voire deux satellites orientables, un champ de force (qui vous rendra invulnérable quelques instants) et enfin une option vous permettant de régénérer votre bouclier faiblissant.

Précisons qu’il vous faudra faire preuve de rapidité afin d’obtenir la tant convoitée dernière option, tant il est difficile de les faire changer en tirant dessus…

De plus, si vous pouvez combiner mitrailleuse et laser, ces deux options vous sont fournies en quantité limité, il faudra donc souvent les recharger.

Je tiens à vous avertir qu’une fois que vous aurez sélectionné un ou deux satellites, vous devrez faire attention qu’ils ne soient pas touchés par un ennemi ou l’un de ses tirs, sinon, votre bouclier en subira les consèquences et vous avec. Une option, donc, à choisir avec la plus extrême prudence et en connaissance de cause. 😉

Développé par DMA Design et distribué par Psygnosis, Menace sort en 1988 sur Amiga.

Comme vous l’aurez compris, Menace est un shmup qui ne brille pas par l’originalité de son scénario.

Par contre, graphiquement, pour l’époque, ce jeu est une bonne surprise…

Non content d’afficher plus d’une quarantaine de couleurs, Menace se paye le luxe d’animer, de la façon la plus fluide qui soit, une parallaxe de fond, dans une fenêtre aux dimensions plus qu’honorables. Inutile de vous préciser à quel point j’aime les parallaxes, en tout cas pour un jeu de 88, ça fait vraiment plaisir d’en avoir une de cette qualité.

Les décors sont agréables et changent du tout au tout d’un niveau à l’autre, allant du bio-organique au futuriste.

Côté sonore, le tableau est un peu moins rose. En effet, vous n’aurez droit qu’à une seule composition musicale durant tout le jeu. Même si elle sonne plutôt bien (dans ses premières écoutes), elle a tendance à être répétitive et à devenir gavante. Les bruitages, quant à eux, n’apportent rien du tout, ils sont quelconques, mis à part les petites voix digits qui sanctionnent la collecte d’une option et le « Danger ! Danger ! » vous avertissant de la rencontre imminente avec un boss.

Côté maniabilité, le jeu est bien servi. Votre vaisseau bouge bien et sa vitesse de départ vous permettra d’éviter les attaques de vos ennemis.

Bon, par contre, Menace se révéle très vite être un jeu hyper difficile. Premièrement, il est toujours délicat d’obtenir l’option qui vous fait défaut, tant il faut s’acharner dessus pour qu’elle change d’aspect. Deuxièmement, la collecte de satellites rend, honteusement, votre vaisseau encore plus vulnérable, car cela double quasiment la hauteur du masque de collision. Un choix difficilement compréhensible…

Pour conclure, je dirais que malgré quelques défauts le rendant très dure à finir, ainsi qu’une répétitivité des niveaux dans leur séquences d’action, Menace est une excellente surprise vu son âge, qui ne manquera pas de séduire les acharnés du manche à balai.

Le saviez-vous ?

  • Le jeu aurait dû s’appeler DRACONIA, mais fut rebaptiser MENACE du fait de la publication la même année de Draconus, un jeu Commodore 64 de Zeppelin.
  • Menace porta également au préalable le nom de COPPERCON1.
  • À l’origine, certains niveaux s’appelaient « Irem Battlestation », « Konamian Graveyard » et « Jungles of Capcom », mais ce fut modifié à la dernière minute.

Shadow of the Beast IV

Troisième partie

Sur le chemin le séparant de Derkaran, la ville où chaque année avait lieu le tournoi des hommes forts du pays, Aarbron s’arrêta dans les champs bordant le fleuve Ornel Lui pour y cueillir un bouquet des plus belles fleurs qu’il lui ait été donné de voir. Il se dit que sur la route, il rencontrerait très certainement quelques femmes seules ou délaissées par leur mari que ces quelques fleurs des champs pourraient séduire. Aussi, plein de ce nouvel espoir, il repartit le coeur léger.
Quand Aarbron franchit la porte nord colossale de Derkaran, il sentait à la fois la rose et le lilas, la fraîche violette sauvage printanière et la jacinthe. D’aucun aurait pu penser qu’il s’était imprégné de l’odeur enivrante des fleurs de la région, mais lui, Aarbron, savait bien qu’il s’agissait en fait du parfum de femmes que le destin avait agréablement semées sur sa route. Aussi, son entrée ne passa pas inaperçue et quelques canailles à l’odorat développé et devinant en lui un des participants au fameux tournoi de la ville, trouvèrent amusant de le surnommer Le Dandy Parfumé. Fort heureusement pour eux, Aarbron n’eut pas vent de ce coup bas, sinon n’aurait-il pas manqué de redresser quelques pifs et déchausser quelques mauvaises molaires. Après s’être copieusement restauré dans l’une des nombreuses auberges de la ville, Aarbron se dirigea d’un pas leste vers l’arène principal située dans la plus vieille partie de la cité. Pour s’inscrire au tournoi, il dut se délester d’une pièce d’argent, ce versement couvrant en partie les tors qui pourraient lui être faits pendant le tournoi. Une heure plus tard devaient débuter les premières épreuves servant à écrémer la masse des candidats et à l’issue desquelles auraient lieu les premiers combats à mains nues. Pour Aarbron, ces premières épreuves de force ne devaient être qu’une simple formalité. Ce fut d’ailleurs à ce moment précis que les premiers regards intéressés commencèrent à se tourner vers lui, tant sa carrure ne permettait de prédire la puissance et l’habileté dont il faisait montre à chaque nouvelle épreuve. Au passage, il anéantit quelques records que détenait depuis des années un certain Bruviac, une montagne de muscles au bulbe atrophié, nourrie au rocher que l’on broie et à la barre d’acier que l’on plie. Quand Aarbron pulvérisa le record de lancé de tronc d’arbre que Bruviac avait mis dix ans à conquérir, ce-dernier sembla en prendre ombrage, tout du moins c’est ce qu’il aurait peut-être fait s’il avait été quelqu’un de raffiné et d’instruit, or Bruviac n’était rien d’autre qu’une brute épaisse, aussi ne trouva-t-il rien d’autre à faire pour apaiser sa colère que d’écrabouiller du poing le malheureux candidat assis non loin de là.

Aarbron, lui, s’amusait beaucoup des pathétiques emportements de colère de son adversaire direct, aussi il ne manquait jamais d’en rajouter un peu en lui jetant de largessourires à chaque nouvel exploit, ce qui ne manquait pas d’entretenir la colère de la brute.
Mais aussi fort fut Aarbron, il n’était pas toujours le plus fort, aussi Bruviac fut-il fort
satisfait de battre son principal adversaire à la course de vitesse, satisfaction qu’il ne manqua pas d’exprimer de la plus bruyante des manières, ainsi qu’à la détente horizontale, plus vulgairement appelée saut en longueur où il battit même son précédent record.
Aussi étrange que cela pusse paraître, les jambes d’Aarbron n’étaient proportionnellement pas aussi fortes que le reste de son corps. Mais il ne s’en offusqua pas, «cela viendrait…».

En fin de journée, à l’issue de sa première participation aux épreuves de force de Derkaran, Aarbron était le premier candidat à obtenir le plus grand nombre de points juste derrière Buviac. D’ailleurs, jamais aucun participant ne s’était approché autant du champion et il fut donc naturellement qualifié pour les combats qui devaient avoir lieu l’après-midi du lendemain, ainsi que six autres brillants candidats dont les résultats furent quelque peu ternis par le niveau exceptionnel des deux premiers.
Aarbron ne se sentant pas particulièrement fatigué par sa journée se dit qu’il passerait bien quelques agréables moments en compagnie des plus belles femmes de la cité, qui depuis la fin des épreuves n’avaient cessé de le couver du regard. Il n’eut pas besoin de beaucoup forcer le destin pour que son souhait se réalise.
Après quelques parties de jambes en l’air, Aarbron se coucha rassasié et dormit comme un bébé. Sacré Aarbron…

Le lendemain, une longue journée l’attendait où il devrait faire montre de toute sa puissance s’il voulait l’emporter.

À suivre…

Blast From The Past – Lemon & The Deadliners – OCS – 2017

Dernièrement en compétition à la Revision 2017 dans la catégorie Amiga Demo, Blast from the Past de Lemon & The Deadliners fait mouche dès les premières secondes de visionnage et finit deuxième de la compétition au milieu de compositions AGA.

La musique est sublime, un brin mélancolique, elle nous transporte quelque vingt-cinq années en arrière.

À savourer comme il se doit.

Code : Dan, Oriens, Soundy
Graphics : Facet, Made
Musics : Dascon, Virgill

Second Samuraï – Amiga AGA/ECS/OCS – 1993/1994

second_samurai_titre

second_samurai_01Après l’affrontement épique du bien contre le mal, le Roi des Démons chercha refuge loin dans le temps : là où sa magie serait oubliée et où il pourrait panser ses blessures et recouvrer ses pouvoirs.

Mais il n’avait pas compté avec la volonté d’un jeune guerrier samuraï. Celui-ci suivit le Démon jusque dans l’ancien Japon, puis dans le Japon du 24e siècle et pour finir, il défia le Démon dans son royaume de la montagne où le Roi était prêt à tout pour l’anéantir.

second_samurai_02Enfilez le petit kimono en satin que vous réservez à vos invités lors des soirées très chaudes que vous organisez chez vous une fois par mois, décrochez du mur le katana bon marché que vous vous êtes offerts durant la dernière Foire Grasse et qui prend la poussière et voilà, vous êtes fin prêt à partir à l’aventure pour affronter le Roi des Démons et ses sbires de merde.

second_samurai_03Pour remplir votre mission, seul ou accompagné d’un ou d’une amie, vous devrez parcourir de long en large trois mondes de grande taille, décomposés en sous-niveaux : le Japon moyenâgeux, celui du 24ième siècle et enfin, le Royaume de la Montagne où se prélasse votre ennemi en vous attendant.

Sur votre route, vous pourrez récolter quelques options d’armement et bonus en tout genre qui vous aideront dans votre progression. Citons par exemple les pommes et les poulets qui, respectivement, vous rendront quelques points de vies ou restaureront entièrement votre santé. Ainsi que les petites bouteilles qui vous donneront une vie supplémentaire.

second_samurai_04Concernant les armes que vous ramassez, elles apparaissent dans votre inventaire et vous pouvez passer de l’une à l’autre en appuyant sur la touche « Shift » correspondant à votre joueur. Pour en sélectionner une, il suffit d’exercer une pression suffisamment longue sur le bouton feu de votre joystick. Le livre de magie jaune vous permettra d’invoquer un katana magique, ce qui vous épargnera de combattre à mains nues, le rouge déclenchera un déluge de feu magique et le vert vous rendra invulnérable. Vous serez peut-être également content de pouvoir récolter des couteaux de lancer, des bombes incendiaires ou des crânes à tête chercheuse.

second_samurai_05Que tous ces objets magiques ne vous fassent pas oublier de fracasser un maximum de vases ensorcelés qui, sous vos coups, libéreront une ou plusieurs étincelles , qui viendront augmenter le niveau de la barre située au centre de votre inventaire. Seule une barre entièrement blanche à la fin du jeu vous donnera accès à la séquence de fin. Bon courage !

Pour passer d’un niveau à l’autre, ou pour explorer une zone bonus, vous utiliserez les sphères de téléportation en vous maintenant à leur hauteur et en restant appuyé sur feu.

second_samurai_06Développé par Vivid Image et distribué par Psygnosis, Second Samuraï sort en 1993 sur Amiga ECS/OCS et en 1994 sur Amiga AGA.

icone_graphismesGraphiquement, le jeu est très agréable lors du premier monde reproduisant un paysage de Japon médiéval de toute beauté et peuplé de bêtes et de boss dessinés dans un style fantasy. Malheureusement, le deuxième niveau est beaucoup plus convenu, voire laid avec ses décors futuro-simplistes et ses robots assimilables à des boîtes de conserves en mouvement.

second_samurai_07icone_sonD’un point de vue sonore, l’ensemble est ultra-convaincant avec des musiques entraînantes, en harmonie avec l’ambiance visuelle de chaque niveau. Les bruitages sont d’excellente facture, notamment lorsque l’on déclenche un déluge de feu magique, toujours accompagné d’une explosion symphonique surprenante.

icone_techniqueL’animation n’est pas en reste puisque, que ce soit à mains nues ou muni d’une arme, votre samuraï se débrouille à merveille sur fond de scrollings très fluides.

second_samurai_08icone_difficulteOn notera que la difficulté est progressive et devrait permettre à la plupart d’entre vous d’accéder sans trop de difficulté au deuxième monde.

En résumé, Second Samuraï est un jeu de plateformes de qualité. Graphiquement splendide au début, quelconque au milieu, musicalement très honnête et plus que jouable, il ravira les petits comme les grands.

 Le saviez-vous ?

  • Il existe une version Megadrive de Second Samurai qui n’a rien à voir graphiquement avec la version Amiga.

U.N. Squadron – Amiga ECS/OCS – 1990

un_squadron_titre

Depuis plusieurs années, les états du Moyen Orient sont dans un état de ruine économique et sociale dû à de violentes guerres civiles. Alors que le reste du monde réclame la fin du bain de sang, des vendeurs d’armes sans scrupules infiltrent les gouvernements de ces pays avec de fausses promesses de richesse et de pouvoir. Désormais unifiée, et munie de nouvelles armes révolutionnaires, cette alliance corrompue pourrait balayer tous les espoirs de paix dans le monde en un instant.

Le seul obstacle entre l’harmonie et l’anarchie réside dans l’Escadron des Nations Unies (U.N. Squadron), une force internationale disposant d’une irresistible puissance de feu aérienne…

Etant devenu au fil de vos pérégrinations dans les jeux Amiga un spécialiste incontesté du bottage de fion, voire même un champion du monde, si, si, ne rougissez pas, c’est la stricte vérité, c’est sans hésiter que vous embarquez comme un fou à bord de la voiture à pédales de votre gamin pour faire face aux hordes sauvage menaçant la paix du monde. Et encore une fois, vous vous sentez ridicule quand le-dit bambin commence à vous jeter des billes que vous essayez désespérément d’éviter. La camisole n’est pas loin…

Pour satisfaire vos instincts meurtriers et ainsi calmer votre pied qui vous démange, seul ou accompagné, vous allez pouvoir choisir entre trois pilotes expérimentés et leur astronef fétiche : Shin KAZAMA et son F-20 Tiger Shark, Micky SIMON et son F-14 Tomcat ou pour finir Greg GATES et son A-10 Thunderbolt.

Pour venir à bout de la forteresse volante « Projet 4 », vous allez devoir traverser 10 niveaux infestés de la pire pourriture terroriste de l’univers connu. Avant chaque mission, il vous sera possible d’agrémenter votre appareil d’un ou deux bonus selon vos moyens financiers (armes spéciales, réservoir d’énergie ou bouclier protecteur). Eh oui, vous êtes là pour sauver le monde et vous n’avez même pas les crédits illimités… quelle bande de gros rapiats aux Nations Unies tout de même !

Pour tirer de façon continue à l’aide de votre sulfateuse, il vous suffira de laisser le doigt appuyé sur le bouton feu de votre joystick et pour larger une salve de votre armement spécial, d’appuyer répétitivement sur ce même bouton. Rien de bien compliqué donc.

Pour augmenter votre puissance de feu, vous récupérerez les capsules de différentes couleurs que larguent les vagues d’ennemis rouges après que vous les ayez exterminées.

Tout bon shmup qui se respecte voit chacun de ces niveaux se conclure par l’affrontement avec un boss des familles. Ici, pas de dérogation à cette règle immuable, que dis-je ancestrale, certains boss, tenant même sur plusieurs écrans, vous forceront à revenir « sur vos pas » pour anéantir les derniers signes de vie semblant encore les animer.

Développé par Tiertex et édité par U.S. Gold, U.N. Squadron sort en 1990 sur Amiga.

U.S. Gold ayant été sur Amiga un spécialiste en matière de sabrage de licence que ne manquait jamais de lui confier Capcom, c’est encore une fois Tiertex (MERCS, Strider, etc) qui s’occupe de la conversion de UN Squadron sur Atari ST et Amiga.

Alors, comme d’hab, l’équipe ultime qui compose Tiertex développe d’abord le jeu sur ST qui, comme chacun sait, est un foudre de guerre en matière d’affichage de sprites et de scrolling chiadés (quand il est mal exploité, cela s’entend), puis porte le tout, gaiement, sur Amiga, sans y apporter de modifications, l’Amiga étant, dans l’esprit de ces gugusses une machine de jeu secondaire tout juste capable de jouer un jeu recompilé.

Merci messieurs, quel est donc le résultat spectaculaire de cette joyeuse recompilation de la version ST ?

icone_graphismesGraphiquement, donc, UN Squadron est tout bonnemant monstrueux, ça tient du sprite dégueulasse utilisant les mêmes couleurs que le décor, d’une fenêtre de jeu aux dimensions microscopiques (146 misérables petits pixels de haut) et d’un scrolling parfois différentiels (comble de la joie) qui se paie le luxe de légérement saccader sur Amiga, lorsqu’il y a trop de sprites à l’écran, alors qu’il ne saccade pas sur ST. Vive les recompilations aveugles !!

icone_sonNiveau sonore, sur Amiga, c’est forcément mieux que sur ST, même si ça reste ultra répétitif d’un bout à l’autre du jeu. Les musiques ressemblent à quelque chose d’audible et les bruitages sont correctes. Sur ST, le tout chlingue sa race mielleuse puisque ça donne envie de balancer le tout directement à la poubelle, c’est dire.

un_squadron_08icone_difficulteLe jeu est donc plutôt difficile puisque l’animation saccade parfois, on distingue mal les sprites par rapport au fond et la fenêtre de jeu est bien trop petite.

En conclusion, UN Squadron est une sombre merde qui a échouée sur Amiga, tel un étron larguer par un programmeur ST fumiste de surcroit. Vide de toute optimisation spécifique à cette bête de course qu’est la machine de Commodore, sans saveur graphique, musicalement répétitif, si vous possédez la disquette, je vous invite cordialement à l’écraser violemment sous vos pompes et à balancer ce qui reste à la poubelle.


un_squadron_arcadeUn oeil sur la version Arcade…

Si vous tenez vraiment à jouer aux deux versions de ce jeu, je vous invite évidemment à essayer d’abord la version Amiga, puis la version Arcade. Vous vous éviterez ainsi une attaque cérébrale (dans le meilleur des cas).

Petite précision, la version américaine d’UN Squadron dérive en fait de la version japonaise nommée Area 88 qui, elle-même, dérive d’un manga éponyme. Comme ça, c’est dit…

En arcade, UN Squadron est donc un shmup horizontal très classique, plutôt coloré (128 couleurs) et proposant une action soutenue dans une fenêtre de jeu bien adaptée au sens du scrolling (384×224).

Un bon petit jeu auquel j’ai toujours plaisir à rejouer.

Un an plus tard, une suite d’excellente facture sortira en Arcade sous le nom de Carrier Air Wing…

un_squadron_snesUn oeil sur la version Super Nintendo…

La version Super Nintendo de UN Squadron est une bonne surprise. Sorti en 1991, il fait parti de ces jeux de première génération sur la 16 bits de Nintendo qui font excellente impression lors de leur sortie.

Avec ses 64 couleurs, ses 5 parallaxes sur certains niveaux et la possibilité de choisir sa mission à mesure que l’on avance dans le jeu, UN Squadron sur Super Nintendo se place au même niveau que la version Arcade.

On notera toutefois des différences dans le gameplay, en effet, vous ne disposez que d’une vie pour plier un niveau, et à chaque fois que vous vous faîtes toucher, il vous est interdit de subir une nouvelle avarie dans un délai de quatre à cinq secondes si vous ne voulez pas mourir. En conséquence, si dans la première partie d’un niveau, cette version est très jouable, elle se révèle extrêmement difficile face aux boss.

On notera également quelques ralentissements conséquents lorsque les sprites sont trop nombreux à l’écran. Problème récurrent dans les premiers jeux SNES.

Une excellente version tout de même, à essayer de toute urgence.

Le saviez-vous ?

  • Area 88 a été le sixième jeu à exploiter le système CP de CAPCOM, plus connu sous le nom de CPS 1.

Dominator – Amiga OCS – 1989

dominator_titre

dominator_01Des rumeurs survenues des confins de l’univers parle d’un monstre gigantesque et si vorace qu’il serait capable de dévorer des mondes entiers. Son but ultime, devenir l’être le plus puissant.

Mais les rumeurs les plus folles sont rarement prises au sérieux, et pourtant…

… quand la menace se dressa face à l’humanité, il était déjà trop tard. Cela semblait si incompréhensible, si immense, quand l’appétit sans limite de la bête se rapprocha de la Terre, distillant l’odeur putride de nations en parties digérées.

Qui oserait pénétrer cette horreur mutante et lutter contre son système de défense corporel afin de détruire ses organes et mettre un frein à sa faim sans limite ?

L’humanité a besoin de vous : le Dominator… et si vous avez besoin de combattre… ELLE A BESOIN DE SE NOURRIR…

dominator_02Inutile de préciser que vous êtes le Dominator et que votre tâche s’annonce des plus ardues…

A bord de votre astronef de combat, vous vous apprêtez donc à faire face à l’immonde bête vorace qui ne vit que pour dévorer le monde.

Pour que votre mission soit un succés, vous allez devoir traverser quatre mondes qui sont en fait constitués des entrailles du monstre et mettre à bas chacun des organes internes qui seront là pour défendre le noyau central de l’ignominie sidérale.

dominator_03Pour ce faire, votre vaisseau, pauvrement armé au départ, pourra progressivement s’équiper d’options d’armement qui seront plus que bienvenue à mesure que vous progresserez dans ce monde palpitant et suintant. En détruisant certaines vagues ennemies, vous pourrez donc récolter une option « satellite » qui viendra se coller à votre navette, amplifiant votre puissance de feu. L’option de « tir arrière » vous aidera peut-être à déjouer quelques attaques vicelardes; quant à l’option « laser » , elle décuplera la puissance de feu de votre satellite. Si vous récoltez une option « A » , vous serez alors pourvu d’un tir automatique fort agréable et fort pratique pour dénoyauter vos assaillants.

L’avenir du monde est entre vos main, mais ça, vous le saviez déjà…

dominator_04Édité par System 3Dominator sort en 1989 sur Amiga.

icone_graphismesSi j’ai quelque peu apprécié l’ambiance bio-organique qui suinte des trois premiers niveaux du jeu, je pense que les images que je vous propose parlent d’elles-même, Dominator est loin d’être une réussite graphique avec ses couleurs délavées et pauvres et son design naïf.

dominator_05icone_techniqueComme vous pouvez le voir, le premier niveau est une phase de shmup vertical, mais vue la résolution retenue pour l’air de jeu (320×128) (ridicule, il va s’en dire), cette phase n’est pas du tout appropriée et il est difficile de faire face dans de bonnes conditions aux vagues qui nous assaillent.

De plus, le vaisseau est d’une lenteur telle qu’il est quelques fois difficile d’y survivre.

dominator_07Heureusement pour nous, les trois autres niveaux adoptent des phases de shmup horizontal et le jeu devient tout de suite plus jouable. Oh, c’est loin d’être l’extase, mais c’est déjà mieux…

On pourra également déplorer que quelques fois, le vaisseau cesse de répondre aux solicitations du joueur, le vouant à une mort certaine. C’est incompréhensible, alors je vais faire comme si c’était dû à l’émulation, même si je n’y crois pas deux secondes…

dominator_08icone_sonCôté ambiance sonore, passé la petite musique de l’écran titre qui ne casse pas trois pattes à un canard, il faut se contenter de pathétiques bruitages, pâles échantillons sonores qui esquintent les tympans…

icone_jouabiliteJe l’ai dit, le vaisseau est très lent, trop lent pour que la jouabilité soit au rendez-vous, alors on peste beaucoup et on meurt souvent, mais ça fait partie du jeu, alors on finit par s’y résigner.

icone_difficulteTout ceci fait que le jeu est relativement difficile, surtout que le tir n’est pas très rapide.

En résumé, Dominator est une immense déception; mal foutu, peu jouable, bancal, mal programmé, les qualificatifs décrivant à merveille le jeu étant trop nombreux à énumérer, limitons-nous à quelques uns. Déception, pourquoi ? Parce que j’aime les atmosphères suffocantes et tout ce qui touche de près ou de loin au bio-organique, mais ne vous y trompez pas, ce n’est que de l’esbrouffe… Rien qui ne puisse nous faire oublier les tares qui plombent la jouabilité.

Si vous devez jouer à Dominator, préférez la version Commodore 64 à celle-ci (voir le test plus bas).

dominator_c64_01Un oeil sur la version Commodore 64…

J’ai testé pour vous cette version 8-bits développée par une équipe différente de celle qui commit la version Amiga.

Affichant 12 couleurs pour des résolutions de 288×152 (pour le premier monde) et 304×160 (pour les suivants), plus adaptées au jeu, cette version Commodore 64 est beaucoup plus jouable que la version Amiga. Si le premier monde est quasiment identique sur les deux versions, on remarquera que les mondes suivants diffèrent et sont sans conteste plus agréables à jouer sur Commodore 64.

Une bonne conversion que je vous recommande.